Forum RPG disposant d'une grande liberté, axé policier, où l'angoisse et le mystère règnent. Mirall et son Reflet, deux mondes perturbés par de soudaines disparitions. Venez découvrir cet univers steampunk-fantasy, ses machines, ses magies et ses secrets.
 
FAQRechercherAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Enquête particulière [Nathan]

Aller en bas 
AuteurMessage
Vulkayn Vanadis
Le Défenseur des Gnomes
avatar

Age du personnage : 17 ans

Fiche du personnage : Vulkayn Vanadis

Métier : Sombrelame, forgeron.

Organisation : Sombrelame


MessageSujet: Enquête particulière [Nathan]   Jeu 31 Oct - 15:28


    Du boulot supplémentaire ; il ne pouvait pas cracher dessus. De une parce qu'il était pourvu d'un immense sens de la justice et de deux parce qu'il espérait faire un peu plus que de la pure observation aux yeux des Sombrelames. Cependant, à dix sept ans il devait déjà être content d'avoir ce poste en plus de son rôle important à la forge : pas grand monde n'aurait pu se vanter d'une telle situation.

    Ainsi, s'il était dehors alors que le couvre feu était passé, c'était parce qu'il revenait d'une scène de crime. A priori le meurtre datait d'une heure avant le couvre feu et vu que c'était le troisième en peu de temps, on pouvait craindre un tueur en série. Le mobile était inconnu, l'on pouvait juste dire que l'on recherchait un vampire...autant dire qu'ils étaient tous suspects.

    Aux aguets, le gamin observa les alentours avant de se diriger vers l'auberge la plus populaire de la ville. C'était ici qu'il y avait les meilleures rumeurs et puis il pourrait ainsi se trouver au chaud alors qu'on entendait l'orage tonner au loin. Il était donc plus que probable que le temps devienne nettement moins clément. Dès lors, autant rester à l'abri.

    Ainsi le jeune Vanadis entra dans l'auberge. Commandant une tourte (à l'ail, au fromage, aux raisins et aux épices), le gamin s'installa à une table à l'écart. Attentif aux conversations ayant court dans l'auberge, il put percevoir des bribes de rumeurs sur divers vols, sur un adultère mais aussi sur les différents meurtres. Les clients n'étant pas des vampires se tenaient d'ailleurs encore plus à l'écart de ces derniers par rapport à d'habitude.

    Le repas ne tarda pas et alors que Vulkayn attaquait sa quatrième bouchée, une rumeur attira plus son attention qu'auparavant. Certains prétendaient en effet avoir vu un vampire étrange au charme envoûtant débarquer dans l'auberge quelques heures auparavant. Il serait donc dans les parages...

    Vulkayn termina donc son repas tardivement et il alla régler la note tout en prenant une chambre pour la nuit. Il prétendrait à son employeur et hébergeur avoir passé la nuit auprès d'une gente dame... au mieux il le croirait et ne lui dirait rien, au pire il comprendrait qu'il ne servirait à rien de poser des questions.

    En attendant, il avait une enquête à mener. Et sans Somthero, sa fidèle panthère qui l'attendait sagement chez lui. Calme, le gamin monta à l'étage et, repérant une araignée, tenta d'obtenir des renseignements. Les images étaient floues et il dut entrer en contact avec un rat et une souris avant de réussir à trouver des informations probantes (et douter par la même occasion de l'hygiène de l'établissement). A priori il y avait en effet eut un vampire correspondant aux descriptions des badauds à cet étage.

    C'est donc d'un pas sûr et confiant que Vulkayn se dirigea vers la porte 21. Toquant à cette dernière, il se racla doucement la gorge avant de prendre la parole de telle sorte qu'on puisse l'entendre de l'autre côté de la porte.


    « Monseigneur, je suis envoyé par le chef de l'établissement, il m'a dit que vous pourriez être intéressé par mes services particuliers...»

    Tenue sombre mais simple et visage assez jeune, Vulkayn se demanda un instant s'il pourrait ressembler à...un "courtisan"... d'un côté il l'espéra, afin de pouvoir entrer discrètement dans la chambre du suspect...mais d'un autre côté il ne préférait pas...qui savait ce que l'assassin pourrait faire de lui ? Et puis cela aurait sans doute mieux fonctionné s'il avait été une demoiselle. En attendant, il était prêt à se défendre au cas où la situation dégénérerait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Farrell
Voleur d'Âmes
avatar

Age du personnage : D'apparence 21 ans, 369 ans en vrai

Fiche du personnage : Mon Histoire, Ma Vérité

Métier : Assassin Errant

Organisation : Inconnu


MessageSujet: Re: Enquête particulière [Nathan]   Sam 2 Nov - 4:10


Les nuits se ressemblaient toutes (ce qui n’était pas le cas des femmes venant dans mon lit) depuis mon arrivé à Sombrelune.  Mon contrat m’obligeant à ne pas m’exhiber avec mes habits luxueux, c’est donc en chemise blanche médiévale et pantalon noir que j’arpentais les rues chaque jour, en quête d’informations. Ce qui est bien, quand on est un assassin, c’est que les contrats peuvent valoir vraiment cher. Le désavantage, c’est que lorsque nous acceptons un contrat, il faut être discret et vivre comme les gens du ‘’peuple’’ (donc, comme des pauvres) pour entendre des rumeurs ou des détails importants. Retenant un bâillement, je pris une gorgée de vodka, ne me gênant pas pour pincer les fesses de la jolie serveuse lorsqu’elle passa à portée de main. Lui offrant mon plus beau sourire, elle repartit en gloussant, sans pour autant arrêter de me regarder. Une femme par nuit, c’est le summum du plaisir, mais très difficile de retenir les noms lors des ébats…astuce? Ne dites jamais leur nom, ne faites pas les cons. Satisfait, je tendis l’oreille, espérant entendre ne serait-ce qu’une information lié à ma cible. Bien entendu, rien. Ne pouvant m’empêcher de soupirer, je sortis de l’auberge, à la recherche d’une autre. Alors que j’allais interroger un passant, un stand attira mon attention. Les vêtements que le marchand vendait semblait d’assez bonne qualité, ce qui était plutôt rare, vu les autres étals. Mais c’est surtout le magnifique manteau rouge, exposé sur un mannequin, qui me conquit. Me voyant regarder intensément une de ses marchandises, le marchand vint à ma rencontre, un grand sourire aux lèvres.

-Je vois que Monsieur a très bon goût! s’exclama-t-il en se frottant les mains.
-Bien entendu. Puis-je l’avoir? demandai-je, un sourire arrogant aux lèvres.
-Vous, vous savez ce que vous voulez! rigola-t-il en posant sa main sur mon épaule. 7000 et il est à…
-Vous ne m’avez pas bien compris, le coupai-je en enlevant sa main. Je vous ai demandé si je pouvais l’avoir, pas si j’allais vous l’acheter. Ayant une grande gentillesse, je peux vous en offrir 100, pas plus ni moins.
-Vous êtes fou! Ce manteau a énormément de valeur! Il vaut 7000, c’est son seul et unique prix,  postionna le marchand en croisant ses bras.

Une lueur menaçante dans mes pupilles de ‘’rubis’’, j’attrapai son veston vert et beige, le rapprochant à quelque centimètres de mon visage. Ouah, mais quelle mauvaise haleine aussi! Cela faisait combien de temps qu'il n'avait pas pris soin de son hygiène?

-Je ne me répèterais pas deux fois. Donnez le moi, ou je vous jures que vous ne pourrez plus jamais vous servir de vos deux bourses à vous, murmurai-je en souriant.

Le relâchant, je caressai discrètement la lame d’une de mes dagues, sans le quitter du regard. Allait-il faire le co...

-GARDES! GAR…

Eh bien ouais, il a fait le con.
Essuyant le sang de ma lame sur l’horrible veston de l’homme, je pris gentiment la peine de le mordre. Hm…une femme vraiment laide, pas encore d’enfants (c’est vrai, il ne pourra plus en avoir maintenant), il faut savoir être gentil dans la vie. L’achevant sans pitié, je pris le manteau, l’admirant un instant à côté du cadavre qui osait souiller mes souliers de son sang. Après quelque minutes de joie (et d’essuyage sur l’horrible veston), je repris mon chemin, mon bien sous les bras.
Je me dirigeai finalement vers une auberge nommé ‘’Sombre Lunique’’qu’une jolie femme m’a gentiment indiqué. Mais c’est alors que je sentis une délicieuse odeur de tarte aux pommes. Ne pouvant résister, j’entrai dans la pâtisserie, me passant la langue sur les lèvres. Un gros monsieur s’occupait d’étendre les dernières fournées, fournées que je ne quittais plus du regard.

-Combien pour une part de tarte? demandai-je, sortant mon porte-feuille.
-C’est une tarte complète ou rien du tout, répondit-il d’une voix grave et insolente.
-Vous ne pouvez pas vendre une simple part de tarte? C’est quoi cette débilité! m’exclamai-je, énervé.
-Vous achetez une tarte entière ou vous me fichez la paix! cria-t-il en me tournant le dos.

Les gens étaient tous fous aujourd’hui ma parole!
Insulté, énervé et de mauvaise humeur, je m’avançai vers lui, tapotant son dos.

-Quoi encore? Vous pouvez pas me…commença le pâtissier.
-Tiens, espèce de gros lard! m’écriai-je en lui jetant au visage une tarte, puis encore une autre, et encore un autre, le forçant à avaler ces stupidités.


Me frottant les mains, je le regardai recracher de gros morceaux de tartes, réjouissant mon ego de cette vision. Il fallait bien créer de l’action pour pouvoir s’amuser! Le voyant tousser, je m’approchai un peu, pour mieux l’observer. C’était normal qu’il…enflait? Oh. Je le regardai quelque instants, abasourdi. Je détournai finalement le regard, pris une tarte et sortis de la pâtisserie. Pouvait-on considérer une violente allergie comme un meurtre?

Reprenant ma route, j’essayai de ne pas m’arrêter encore une fois. Mais c’était sans compter sur…cet homme. Dès que je l’aperçu, mon regard ne pu se détourner de lui. Il n’y avait que lui. Que lui que je voyais, que lui que j’entendais. Je n’avais jamais vu quelqu’un comme ce jeune homme, il était…unique. Me rapprochant, il finit par me regarder à son tour. Nos regards se croisèrent. Je n’étais qu’à quelque mètres de lui, puis les mètres devinrent une distance respectable entre deux personnes. Il sourit, joyeux et….je lui tranchai la tête. Aussi moche que lui, ce n’avait aucunement le droit de vivre. Je repris mon chemin, arrivant finalement à l’auberge. J’écoutai les rumeurs le reste de la soirée, laissant de côté la nuit torride pour pouvoir me reposer. Une fois dans ma chambre, je m’installai, enlevai ma chemise, mais quelqu’un cogna à ma porte.

- Monseigneur, je suis envoyé par le chef de l'établissement, il m'a dit que vous pourriez être intéressé par mes services particuliers...

Quand on entend ‘’services particuliers’’ par une voix d’homme, il y a absolument quelque chose de louche. Jetant ma chemise sur une chaise en soupirant, j’allai ouvrir, torse nu. Un jeune homme assez petit et vêtu d’une tunique sombre me regarda, mal à l’aise et confiant en même temps. Bon….la journée était vraiment étrange. Ayant des doutes par rapport à la visite de ce ‘’courtisant’’, je décidai de réagir comme n’importe qui aurait réagit.

-Salut, mon beau, susurrai-je avec un sourire charmeur. Je suis plutôt un homme à femme, mais pourquoi ne pas découvrir de nouvelles sensations? Mais entre donc et déshabille toi en entrant, ça économisera du temps.

Je l'invitai à entrer. Outre mes uniques bagages dans un coin et ma chemise sur la chaise, la chambre semblait inhabitée. Il faut dire que je ne restais jamais longtemps au même endroit, alors pas la peine de s'installer. Allant m’asseoir sur le lit, je l'invitai à faire de même. Maintenant, connaître ses vrais intentions (à moins qu'il voulait vraiment mon corps).

-Alors, pourquoi le chef a-t-il cru que je serais intéresser? demandai-je en le fixant, mon sourire charmeur toujours sur les lèvres.


Dernière édition par Nathan Farrell le Mar 5 Nov - 5:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vulkayn Vanadis
Le Défenseur des Gnomes
avatar

Age du personnage : 17 ans

Fiche du personnage : Vulkayn Vanadis

Métier : Sombrelame, forgeron.

Organisation : Sombrelame


MessageSujet: Re: Enquête particulière [Nathan]   Sam 2 Nov - 16:16


    Pourquoi avait il pensé jouer un tel rôle ? Evidemment cela pouvait se révéler pratique afin de pénétrer dans la chambre (et rien que la chambre) de son suspect. De plus, la présence de garçon de joie (si tant est que cela se dise) pouvait tout à fait se justifier dans un tel établissement. En attendant, lorsque la porte s'ouvrit, Vulkayn se maudit de tous les noms.

    Déjà...il était plus grand que lui...et torse nu... Il possédait aussi des pupilles rougeoyantes dont le gamin avait du mal à se détacher. Au moins il était face à un vampire, c'était déjà cela. Quoiqu'il en soit il sembla intéressé et Vulkayn ne sut pas s'il devait s'en féliciter ou se maudire encore plus pour son imprudence.

    En attendant, il se sentait pris au piège... Ainsi entra t'il doucement en refermant la porte derrière lui avec un regard de regret vers le couloir.


    *Eh bah ...Vulkayn dans quoi tu t'es encore fourré mon vieux...*

    Sentant le regard de son suspect posé sur lui, Vulkayn n'eut pas le choix que de défaire doucement sa chemise, l'envoyant valser dans un coin de la pièce. Il se rassura en se rappelant qu'il n'avait nullement besoin d'artifice afin de se défendre. Cependant, se dessaper ainsi devant un inconnu était assez gênant, évidemment. Il ne regarderait plus jamais les gigolo de la même manière.

    Une fois dans la tenue d'Adam, il se retrouva forcé de s'asseoir aux côtés du probable dangereux psychopathe.


    *C'est la pire idée de ma vie*

    Rougissant légèrement sous la question de son désormais compagnon de chambrée, Vulkayn parvint à garder son sang froid (le comble pour un vampire) et à rendre le sourire charmeur à son suspect.

    « Le patron sait reconnaître les hommes de bons goûts aimant les mets raffinés...»

    Comme pour faire taire les éventuels soupçons, le vampire se pencha sur le probable fou furieux  et posa doucement ses lèvres sur les siennes.

    *Pas la langue pas la langue pas la langue*

    Le gamin dut résister à ne pas se détacher de son opposé ou de le carboniser (ou gélifier) sur place tant il se demanda ce qu'il était en train de faire et surtout dans quels ennuis il se fourrait et ce par sa merveilleuse idée... Jouer à fond son rôle de gigolo ne le mènerait pas à avoir des indices... D'ailleurs il n'y avait que des bagages et sa chemise dans la chambre, rien de bien spécial... D'un autre côté qui sait que cela les rapprocherait et qu'il pourrait obtenir des infos utiles... Ou alors ce serait un véritable psychopathe et il était fichu...

    Il était fichu.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Farrell
Voleur d'Âmes
avatar

Age du personnage : D'apparence 21 ans, 369 ans en vrai

Fiche du personnage : Mon Histoire, Ma Vérité

Métier : Assassin Errant

Organisation : Inconnu


MessageSujet: Re: Enquête particulière [Nathan]   Dim 3 Nov - 6:14


Faire entrer un courtisan dans sa chambre, c'était à la fois étrange et...étrange. C'était surtout le ''un'' qui rendait cela ''troublant''. Si cela aurait été une jolie demoiselle aux gros seins, pourquoi pas, mais là, c'était un jeune homme...bien qu'un jeune homme assez mignon (mais qu'est-ce que je disais là? Un garçon, mignon? J'avais besoin de prendre du repos...entre les seins de jolies femmes, bien entendu). Pourtant, quelque chose ne semblait pas normale. Était-ce le fait que je venais de demander à un garçon de se déshabiller, ou était-ce le fait qu'il le faisait vraiment?

L'observant enlever ses vêtements, une indécision étrange se répercuta dans mon esprit. M'étais-je trompé? Était-ce vraiment un courtisan? Et qu'allais-je vraiment faire? Regardant chaque vêtement valser dans la chambre (au moins, cela meublait un peu), je ne pu empêcher un sourire de naître sur mes lèvres. Autant cette scène me troublait intérieurement (mais ne paraissait pas extérieurement, par chance), autant voir ce garçon rougir m'amusait. Comme s'il était...forcé. Et forcer les gens, c'était bien mon domaine.

Le dernier vêtement retiré, le jeune courtisan vint prendre place à côté de moi, sur le lit. Bon, il était temps de faire un résumé de la situation: Un courtisan, nu, se tenait sur mon lit. Fin du résumé. La situation ne pouvait pas être si pire...non?

-Le patron sait reconnaître les hommes de bons goûts aimant les mets raffinés...

*Attends, mais c'est quoi cette réplique à la co...*

Me figeant, les lèvres du jeune homme sur les miennes, je réfléchis:
Venais-je vraiment de me faire embrasser par un homme?
Non non, je reformule:
Un homme était vraiment en train de m'embrasser?!

*Bon, Nathan, réfléchit de façon logique, et réagit normalement...*

Attrapant son cou, j'accentuai la pression de nos deux bouches, enlaçant sa langue de la mienne.
Malgré le fait que cela continuait de me troubler, je fis outre et continuai, mordillant sa lèvre inférieure avant de me reculer.

-Il avait raison, tu es tout à fait à ''croquer'', mon joli. Et tu t'appelles...? Je préfère connaître le nom des gens que je domines, murmurai-je à quelque centimètres de son visage.

Me mordant la lèvre, je fis fureur pour ne pas rigoler. Il est vrai que mes talents d'acteur n'avait point de limite, mais penser que j'étais réellement en train de draguer un homme m'amusait follement. Et justement, cela ne semblait pas l'amuser autant, sans que j'en connaisse la raison, alors cela devenait doublement plus amusant! (bien que le fait de ne pas savoir quelque chose me tapait sur les nerfs) Griffant son torse, je lui souris, mais pas un simple sourire, oh non, un sourire plein de sous-entendu.

-Alors alors, est-ce vraiment le chef qui t'envoie? Ne viens-tu pas par toi-même, au contraire? susurrai-je en mordillant son oreille.

Descendant lécher le sang des petites égratignures laissés par mes griffes, je le poussai vers les oreillers, le plaquant brutalement contre le lit. Il fallait absolument que je sois le dominant, peu importe ce qu'il y avait sous moi! Retournant mordiller sa lèvre jusqu'au sang, je le fixai intensément, espérant le faire parler.

-Je ne suis pas un méchant garçon, je ne te punirai que si tu ne me satisfais pas assez. Alors dis moi tout, ne me mens pas, dis-je d'une voix rauque en passant ma langue sur mes crocs.

Je glissai ma main sous les oreillers tout en retournant l'embrasser, sentant une de mes dagues que j'empoignai lentement. Je caressai la lame, descendant mon autre main sur son torse, descendant toujours plus bas. Mon instinct me murmurait de me méfier, et pourtant, ce jeune garçon ne me semblait pas dangereux.

-Que penserais-tu de te dévoiler complètement, et je ne parle pas de vêtem...commençais-je.

-NATHAN! Je ne te laisserai pas prendre une femme avant m...attends, mais ce n'est pas une femme? Oh bah, bonne journée alors, grand frère!

Entendant la porte claquer, je restai...figé, à quatre pattes sur un homme.
Autant qu'Elyanne venait de me voir dominer un garçon me troublait, autant le fait de me demander si je devais continuer jusqu'au bout pour tenter de découvrir la vérité me troublait encore plus. Inspirant, j'abandonnai, repoussant le courtisan sur le lit.

-Bon, fini de jouer. Si tu es vraiment un courtisan, je te fais l'amour sauvagement toute la nuit. Si tu n'en ai pas un, je verrai ce que je te ferai. Mais dis moi tout, avant que tes fesses en prennent gros! dis-je séchement en le regardant, une lueur menaçante (ou psychopathe?) dans mes magnifiques pupilles rougeâtres.

Souriant, j'attendis sa réponse, ma main gauche sous les oreillers, la dague entre mes doigts, et ma main droite sur sa gorge, que je caressai doucement de mes griffes.

-Allez, mon beau, veux-tu vraiment jouer avec moi?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vulkayn Vanadis
Le Défenseur des Gnomes
avatar

Age du personnage : 17 ans

Fiche du personnage : Vulkayn Vanadis

Métier : Sombrelame, forgeron.

Organisation : Sombrelame


MessageSujet: Re: Enquête particulière [Nathan]   Mar 5 Nov - 22:00

    *Eh merde*

    La langue du psychopathe venait de s'immiscer dans la bouche du jeune homme. Un instant, Vulkayn hésita à se retirer : il n'avait jamais embrasser personne auparavant et n'aurait certainement pas dû se faire passer pour un gigolo. En attendant, il ne pouvait neutraliser son assaillant sans savoir si ce n'était pas un innocent... Du coup, il lui rendit son baiser. Le contact n'était pas désagréable mais bien dégoûtant. A vrai dire, Vulkayn ne savait pas ce qu'il devait penser de la situation alors il essaya de ne pas penser mais c'était difficile à faire lorsque la langue de quelqu'un d'autre envahissait votre bouche et qu'il terminait le tout en vous mordillant la lèvre inférieure.

    *Au moins il s'éloigne*

    Vulkayn n'osa pas regarder l'homme qui venait de l'embrasser tandis que ce dernier reprenait la parole. Seul un frisson le parcouru alors qu'il sentait son souffle sur le visage. Se ressaisissant, le vampire le regarda brièvement, évitant cependant que leurs lèvres se rencontrent, avant de répondre d'un voix qui sembla sûre, à son grand contentement.

    « Liam. Liam Oghan.»

    Evidemment, il s'agissait d'une fausse identité mais le jeune homme avait l'habitude de mentir sur celle-ci. Dès lors, il se sentait rassurer de reprendre une bonne vieille habitude. D'un autre côté, il ne s’appelait pas non plus Vulkayn...mais ça c'était une autre histoire. Autre histoire dont il n'était pas sujet ici. D'ailleurs, les griffes (oui les griffes pas les doigts ...) du psychopathe venaient de le faire sursauter et de le tirer de ses pensées. Le regardant, Vulkayn ne put s'empêcher de frissonner...il avait peur comme il ne l'avait jamais eut depuis longtemps. Cependant, il parvint à contenir celle-ci afin qu'elle ne soit pour ainsi dire pas visible. Alors ainsi il doutait encore...voici qui s'annonçait mal. Malgré cela, Vulkayn parvint à répondre un d'une voix catégorique.

    « Le patron m'envoie. Je ne viens jamais par moi même.»

    A peine eut il fini sa phrase que son assaillant était en train de nettoyer, avec sa langue, ses plaies. Vulkayn grimaça sous les légères piqûres des plaies se cicatrisant mais il ne réagit pas : il était bien trop surpris. Ainsi fut-il vite plaqué contre son vouloir au matelas. Il était donc nu, à la merci d'un grand malade... l'horreur. Ainsi maintenu, il ne put rien faire lorsque l'autre vampire lui coupa la lèvre jusqu'au sang. Il ne put que goûter le sang dans sa bouche et il se demanda soudainement si il y avait transmission de souvenirs entre vampires si on se mordait. Il n'avait jamais essayé mais osait espérer qu'ils possédaient une immunité naturelle à ce don racial.

    Quoiqu'il en soit le psychopathe était radical, et le jeune Vanadis ne parviendrait pas à libérer ses mains où à le toucher avec celles-ci et ce même en se débattant, et il le savait. Ainsi resta t'il sans bouger, fusillant néanmoins l'autre fou du regard (comment faire autrement ?). En attendant, il gardait le silence. Il garda même ce dernier lorsque ce dernier le lâcha pour caresser sa dague et son torse. A vrai dire, il attendait une ouverture... qui sait s'il descendait malheureusement trop bas, cela serait peut être LE moment opportun pour frapper.

    Et c'est à ce moment que la voix d'une fille survint dans la chambre, aussi fugace que surprennante. Il n'eut même pas le temps de l'apercevoir. Néanmoins, cela sembla "couper" le psychopathe qui venait de le repousser. Hagard, Vulkayn le regardait sans comprendre mais les "explications" suivirent bien vite.

    Un faux choix. Alors il était de cet acabit ? Qui lui aurait révélé la vérité alors qu'il avait une main sur sa gorge et l'autre sur sa dague ? Un suicidaire peut être mais pas Vulkayn. De toute façon le Vanadis avait un plan. LE plan parfait. Il avait SA faille.

    Ainsi se redressa t'il légèrement, happant doucement les lèvres de son opposé pour renverser sournoisement la dominance. Il le laissait néanmoins le surplomber, afin de ne pas le provoquer. L'embrassant fougueusement, il repoussa ses pensées de dégoût pour se coller à cet étranger. Il essaya de ne pas penser tandis qu'il laissait ses mains parcourir le torse de l'autre vampire pour les glisser sous les tissus et finalement doucement enserrer sa "faille". Evidemment la sensation était déplaisante mais soudain il senti le gel rassurant sous ses mains... et il senti la froideur de la faille qui sembla se rétrécir sous cette attaque.

    Sourire carnassier aux lèvres, le gamin planta son regard dans celui de son assaillant avant de reprendre la parole d'une voix douce et insolente.


    « Oh oui jouons... Alors mon joli petit minou, quel est ton prénom et... que fais tu dans la vie ? Moi je suis Logan et j'aime refroidir les ardeur inassouvies... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Farrell
Voleur d'Âmes
avatar

Age du personnage : D'apparence 21 ans, 369 ans en vrai

Fiche du personnage : Mon Histoire, Ma Vérité

Métier : Assassin Errant

Organisation : Inconnu


MessageSujet: Re: Enquête particulière [Nathan]   Mer 6 Nov - 0:52


**Attention, ce RP peut choquer, autant dans ces propos que dans ces propos. Nous vous rappelons de bien attacher vos ceintures (Non, c'est seuleument un RP pas sérieux du tout)**



Dominer un homme, c’est comme déshabiller une banane : Traumatisant.
Regardant mon entrejambe, je me rassurai : Je n’étais pas devenu une femme.
Toute cette histoire me dépassait : c’était trop troublant, trop dégoûtant, mais pour des informations (surtout à cause de la curiosité envahissante qui nous tourmentait jusqu'à ce qu'elle soit assouvie), qui ne sodomi…qui ne ferait pas de gros câlin à un homme?

*Non! Pas moi! J’aime les seins, j’aime les meurtres, j’aime les tartes aux pommes!*

Secouant la tête, je regardai le jeune courtisan sous moi, attendant sa réponse. Il avait bien dit s’appeler Liam? Liam Oghan? Hm, ce nom, cela me disait… oui oui…je m’en rappelle maintenant… absolument rien.
Du plus loin que je me souvenais, il n'y avait que des femmes nues. Hey, non non non non. Je ne parlais pas de ma mère... Mais bien d'amantes séduisantes, qui égayaient mes nuits. Le bonheur total. Alors le fait d'avoir embrasser un homme et de l'avoir caresser, il fallait à ce stade une purification totale dans une orgie de tartes aux pommes (non, je plaisante, une orgie tout court)! Revenant mentalement à la situation urgente du moment, je tentai de réfléchir correctement. En comptant bien sur mes doigts, je comptais deux choix:
1) C’était vraiment un courtisan (Donc je le tuerai).
2) Ce n’était pas un courtisan (Donc je le tuerai).

Rassuré de me débarrasser facilement de ses mauvais souvenirs, je soupirai de bonheur….bonheur explosant en de multitudes de petits morceaux en sentant les lèvres du jeune homme sur les miennes. Mais qu’est-ce que… Demander une réponse égale embrasser? C’était quoi, affirmer quelque chose? Un viol gratuit?! Me détachant en vitesse, j’allai répliqué quand je sentis ses mains se promener sur moi. Puis plus bas...Puis sur mon pantalon...Puis sous...Puis sur mon trésor royal...
Mais pas des mains tièdes, excitantes, douces! Non non….
Un froid extrême!
Très douloureux!
EXTRÊMEMENT DOULOUREUX!
Aie!

-Oh oui jouons... Alors mon joli petit minou, quel est ton prénom et... que fais tu dans la vie ? Moi je suis Logan et j'aime refroidir les ardeur inassouvies...

Sortant la dague de sous l’oreiller, je la lui plantai dans l’épaule qui ‘’refroidissait mes hardeurs’’, me dégageant d’un geste brusque. Au départ, je voulais me reculer en sautant, me réceptionner en position de combat, la dague ensanglantée à la main, mais…non. Frottant mon gros atout en gémissant de douleur, je croisai les jambes, tentant de réchauffer mon pauvre trésor. Cela faisait mal! Me retenant de tomber à genou, je m'éloignai en lançant la dague à travers la pièce (moins douloureux de masser ce pauvre bout de choux avec deux mains). Me mordant la lèvre, je me retournai de nouveau vers ce MALADE, tentant de reprise ma respiration.

-Espèce de gros psychopathe masochiste! Oser me toucher, c’était déjà de trop, alors essayer de priver ce monde de mes gênes? …Attends deux secondes, je m’occupe de toi juste après, marmonai-je en lui tournant le dos.

Attrapant une allumette, je m'accroupis, commençant à faire... un feu dans la cheminée. Réchauffer, oui, il fallait réchauffer. Prenant un petit éventail pour accélérer la croissance des flammes, je fixai le feu naître, soupirant de bonheur en sentant toute cette merveilleuse chaleur. Finissant par m'étendre sur le dos, je sentis tout mon corps se réchauffer complètement, et surtout une partie qui ne demandait qu'un peu de réconfort après se traumatisant épisode. Croisant mes bras sous ma tête, je fermai les yeux.

*Ah…que de bonheur… *

Me rappelant que je venais d’échapper à une grande torture, je fixai le MALADE, une lueur plus que menaçante dans le regard. Je me relevai lentement (après m’être assurer que tout fonctionner à merveille), un regard de fou et mes crocs sortis. Je devais être le seul qui prenait le temps de s'arrêter, en plein combat (c'était un combat ou un viol intérieur?), pour allumer un feu, afin de se reposer tranquillement sur le sol. Ouais, j'étais bel et bien unique.

*Toi…Liam ou peu importe ton nom, crois-moi, tu n’en réchapperas pas indemne, croit moi!*

M’approchant, je le plaquai contre la parois du mur, empêchant ses deux mains de bouger (pour éviter d’autres surprises)(et puis, je voulais garder tout mon attirail!)(en fait, je ne lui faisais pas du tout confiance)(juste à voir le nombre de parenthèses que je fais!)(bon, il y a trop de parenthèses, là). Reniflant l’odeur de son sang, je passai ma langue sur mes crocs. Plus de courtisan, plus d'idée de coucher avec un homme, que du sang, que de la folie!

-Bon, et si on tentait une petite expérience? Soit tu me révèles tout, soit je te mords. Nous verrons alors si c’est possible, entre vampires! susurrai-je tout près de son oreille.

L’envoyant valser contre le mur d’en face, j’éclatai de rire (pour l'avoir envoyer embrasser intimement la surface murale de la chambre? Pour la magnifique idée que je venais d'avoir? Ah, les deux, bien entendu)

-Ha ha, je plaisante! Je n’ai aucunement envie de goûter ton sang infâme, je me fous complètement de ton histoire, mais j’aime ton audace. Tu es un véritable psychopathe, je te hais. Mais…je ne perdrai pas mon temps pour te donner une leçon. Tu sais quoi? Je vais laisser le soin à Elyanne de s'occuper de toi.

J'aimais tellement cela, rendre fou les gens.
M'approchant de la fenêtre, je l'ouvris, m'accotant de dos contre le rebord. Une brise fraîche s’engouffrât dans la chambre, faisant magnifiquement danser les rideaux de velours rougeâtres (la danse du bacon inventé avant l'âge). Si ce jeune MALADE n'était pas venu cogner à ma porte m'offrir ses services, la soirée serait calme (ou chaude, mais avec une belle femme, pas un porte manteau et ses deux amis les racks à souliers). Quand même, la tâche serait difficile pour un narrateur de narrer ma vie!


*Vision*

Lorsque que quelqu'un de normal se lève le matin, il se dit:

-Ah, mais quelle belle journée!

Lorsque Nathan se lève le matin, ce n'est pas bien différent:

-Ah, mais qui bien pourrais-je tuer!

Si bien que trois meurtres et un courtisan, cela peut être considérer comme une journée normale lorsque l'on connaît ce cher Nathan! Mais pour Nathan, est-ce...

*TA GUEULE LE NARRATEUR! ...J'en ai assez d'entendre mon nom avec la voix d'un homme*

*Fin de la Vision*



Me raclant la gorge, je gémis, ma voix rauque et sensuelle:

-Oh oui, que de beaux seins tu as ma chérie! Et ton magnifique vag...

-AH! NON! cria une voix féminine en défonçant le mur à côté de la fenêtre. Je te laisserais pas prendre une femme avant moi! Pas question!

Regardant autour d'elle, Elyanne se retourna vers moi, les mains sur ses hanches. Les joues rouges et les cheveux en batailles, elle était magnifiquement énervé. Par chance, je savais comment retourner cette situation à mon avantage. De toute façon, intelligent comme j'étais, rien ne m'échappait vraiment.

-Il n'y a pas de vagin, espèce de frère menteur! cria-t-elle, une moue boudeuse sur le visage.

-J'ai pire que cela, ma chère! Tu vois cet homme? répondis-je en pointant Liam. Il a dit que le foin avec le foin, c'était dégoûtant. Il a insulté tes deux autres frères, notre grand-mère, le voisin d'en bas que tu ne connais pas, le parfum que tu n'utilises pas et les tartes aux pommes. Et euh...Il déteste les femmes aussi!

Une étrange lueur passa dans le regarde de ma petite soeur. Un peu effrayé, je me reculai d'un pas. Hm, finalement de deux. De trois pour plus de sûreté? Et puis zut. Souhaitant bonne chance d'un geste de la main à ''Liam'', je me cachai dans le garde-robe, attendant la fin. C'était tellement viril. Like a boss.

-Tu...détestes...les femmes...? murmura Elyanne, bien plus menaçante que je ne l'étais (enfin, je lui laisse le titre pour le moment).

Dire que ce n'était que cela qu'elle retenait de toute l'énorme énumération...Secouant la tête, je me reculai. Elyanne était vraiment une belle jeune femme aux longs cheveux noirs, aux pupilles rougeâtres et au visage enfantin, mais...au fond d'elle, ce n'était pas un magnifique chaton, mais un égorgeur de cochons obèses qui aiment les cerises (totalement dégoûtant, abjecte! Comment peut-on aimer les cerises...)! Sortant deux haches et glissant un couteau entre ses crocs, elle s'avança vers le jeune homme.

-Je te conseille de courir! criai-je bien caché dans mon garde-robe.

On était bien, dans ce garde-robe: Légèrement à l'étroit avec quelque toiles d'araignées, inconfortable et sombre, mais bien à l’abri. Ah, tiens! Serait-ce euh....non, je ne voulais pas le savoir, finalement. M'accroupissant, je tentai de me coucher confortablement. Oh oh! Une vieille lame encore aiguisée! Il y avait même encore un peu de sang dessus! Ah non, c'était celui que j'avais utilisé la veille...Il ne manquait qu'un fauteuil en cuir, un mini-bar et une tarte aux pommes. Un lit, une lampe de chevet, une toilette, un bain avec un tout petit peu de mousse, une femme, non, des femmes, des esclaves et des cookies.

-Vien chi, mâhe déhouhant! cria ma petite soeur, toujours un couteau entre les dents, en partant à courir après Liam.


Il avait quatre choix:

1) Courir
2) Courir
3) Courir
4) Taper sur une belle demoiselle avec deux haches et un couteau entre les crocs

Ah la la, c'était une bonne soirée. Enfin, pour le moment. Enfin...j'espérais?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vulkayn Vanadis
Le Défenseur des Gnomes
avatar

Age du personnage : 17 ans

Fiche du personnage : Vulkayn Vanadis

Métier : Sombrelame, forgeron.

Organisation : Sombrelame


MessageSujet: Re: Enquête particulière [Nathan]   Lun 25 Nov - 21:00

    La lame lui arracha un cri de douleur et il ne put que sentir le sang chaud couler le long de son corps toujours autant dénudé. Se mordillant les lèvres afin de retenir les râles de douleur (dont le fou furieux devait raffoler). A vrai dire, le psychopathe ne semblait pas s'en préoccuper outre mesure ; il semblait avoir assez de soucis à se faire avec la partie de son corps qui devait lui être la plus précieuse. Les yeux mi-clos par la piqûre de sa blessure, Vulkayn regardait sa Némésis avec un sourire narquois. D'ailleurs les propos de ce dernier lui arrachèrent un léger rire.

    « Sado peut-être, maso certainement pas. Et oui j'attends j'attends, je t'en prie mon brave réchauffe toi mais tu vois bien que tu ne peux rien me faire...à moi. A moins que tu veuilles finir castré à vie... ce qui serait pas plus mal à mon avis : il vaut mieux éviter de te reproduire. »

    Se taisant, Vulkayn pris la peine de remettre ses vêtements (du moins ceux du bas) et de panser sa plaie. Du moins il commença à panser cette dernière car il fut alors vite plaqué contre le mur par son ennemi. C'est là qu'on voyait qu'il était lui aussi un vampire : il ne l'avait pas entendu venir. Fusillant du regard ce dernier, le jeune sombrelame ne lui répondit évidemment pas : ce serait signer son arrêt de mort et échouer son investigation. Tête contre le mur, il ne put que se retenir à ce dernier en chancelant, sonné par le choc.

    Il ne pris pas attention outre mesure aux propos du malade car il était concentré à tenir debout et cela lui était difficile. Ainsi ouvrit il grand les yeux quand il vit le mur s'effondrer. L'aubergiste allait vouloir les tuer, cela simplifierait les chose. En lieu et place du mur se tenait désormais une gamine, la même que précédemment. Qui était elle ? Et pourquoi était elle ainsi envers le fou ? C'était sa compagne ? Drôle de compagne en ce cas...

    Leur grand-mère ? Serait ce sa cousine ? Bonjour la famille...ce n'était pas très joyeux tout ça. En tout cas il mentait à plein nez et elle y croyait vu la lueur dans son regard. Quels fous à lier ces deux là... Cela ne surprendrait pas le sombrelame que ce soit lui l'assassin et qu'elle soit complice, mais il manquait de preuves pour les boucler malheureusement. Quoiqu'il en soit il pourrait toujours les boucler pour tentative d'assassinat vu comment la gamine courut vers lui avec des intentions néfastes.

    Bondissant, le vampire l'évita et bondit vers la fenêtre afin de ne pas se faire scalper. Grimpant sur le toit, il repéra la cheminée mais s'attacha à fatiguer la gamine avant de bondir dans celle-ci en prenant garde de refroidir le feu qui y croupissait. Couvert de suie et de charbon, le gamin se hâta hors de l'âtre ne pensant plus qu'à une chose : attraper le malade et le faire avouer même s'il fallait le torturer pour cela et qu'il n'avait guère beaucoup de temps.

    Mais ce qu'il ne vit pas arriver alors qu'il se dirigeait déjà vers la planque du sauvage, c'était son acolyte qui avait elle aussi atterrit dans l'âtre. Projetant des braises sur le sol, elle tenta à nouveau d'attraper Vulkayn mais ce dernier mis les mains au plancher ce qui embrasa les braises et fut une nouvelle mauvaise idée. Grimaçant, le gamin ne put que voir la pièce s'embraser à toute vitesse. Le feu était vif et brûlant et la fumée semblait toxique : mieux valait ne pas tarder ici d'autant plus que des cris se faisaient déjà entendre à l'étage en dessous et à l'extérieur.

    Bondissant de nouveau par la fenêtre, le vampire s'extirpa sur le toit qui commençait lui aussi à brûler. Il n'avait aucune idée de ce qu'il était advenu des barges et il s'en souciait peu. A l'heure actuelle, il pensait plus à fuir et se faire oublier car d'après les rumeurs quelques étages plus bas, les gens le pensaient coupable et les sombrelames ne tarderaient sans doute pas... Mieux valait éviter de se faire attraper car que ses raisons soient valables ou non, cet incendie lui vaudrait sans doute un détour par la case prison... Et il n'avait pas envie d'abandonner la forge, Somthero mais aussi le jeune Eris qu'il avait recueilli lors de sa dernière livraison. Décidément c'était une mauvaise journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enquête particulière [Nathan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Enquête particulière [Nathan]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les gros bras(Sybille et Nathan)
» Une commission d’enquête et de contrôle interne à la BRH du Cap-Haitien.
» Nathan et Sybille (Pv : Syb' <3)
» Sybille a besoin de se défouler {Nathan
» Présentation Virginie/Nathan.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mirall :: Mirall :: Sombrelune :: Auberge Sombre Lunique-
Sauter vers: