Forum RPG disposant d'une grande liberté, axé policier, où l'angoisse et le mystère règnent. Mirall et son Reflet, deux mondes perturbés par de soudaines disparitions. Venez découvrir cet univers steampunk-fantasy, ses machines, ses magies et ses secrets.
 
FAQRechercherAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chroniques de Mirall

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chronos
Admin
avatar


MessageSujet: Chroniques de Mirall   Ven 27 Sep - 19:41

C H R O N I Q U E S  D E   M I R A L L  :
 
 
Mirall a toujours été un endroit relativement paisible, hormis les quelques conflits interraciaux ou politiques que probablement aucun monde ne saurait éviter. Chaque race vivait en relative autarcie, sans trop se mélanger aux autres et se suffisant à elle-même. Quelques guerres éclataient parfois entre deux ethnies pour la conquête d’une région, d’un territoire. Rien de bien inhabituel en somme, et tous se contentaient de cette vie.

Pourtant le peuple de Mirall n’avait pas conscience de la complémentarité qui pouvait les unir, ni du mal qui touchait chacun d’eux. Conscients de celui qui les affectait personnellement, ils ignoraient ceux dont souffraient leurs voisins, et ne virent donc pas le lien entre tous ces différents maux.
Ce furent les Nains qui s’en rendirent compte en premier, près de 21 600 mois Miralliens après la création du monde (environ 1800 ans). Alarmés suite au grand danger qu’ils avaient découvert, ils eurent l’idée d’utiliser la vitesse et l’agilité des Garous pour avertir les autres races disséminées partout dans le monde au plus vite. Les premières relations interraciales exploitant les forces de chacun virent le jour, mais avec elles le Déclin du Monde fut aussi annoncé.


C’était là la découverte des Nains : Mirall était en train de dégénérer. Les catastrophes naturelles augmentaient, se déclenchant sans raison apparente, et détruisaient peu à peu toute source de vie. Tremblements de terre dans les montagnes, maelströms dans l’océan, tsunamis sur les côtes, blizzards en Larendor, éruptions volcaniques en Ademar, orages incendiaires en Mainem, tempêtes de sable en Elebass... La liste était longue, et les différents peuples de Mirall furent stupéfaits d’apprendre que le mal qui les touchait était aussi universel. L’alarme était sonnée, et tous œuvrèrent ensembles pour endiguer cette menace.





L’espoir d’un salut vint des Anges. Ces derniers se penchaient sur un projet bien avant que le Déclin du Monde ne soit annoncé, et il s’avéra que les fruits de leur travail pouvait limiter les catastrophes naturelles. Certains aspiraient même à ce qu’ils les enrayent définitivement tôt ou tard.
Cette échappatoire se situait dans la mécanisation, un système d’industrialisation permettant bien des fonctionnalités, et accessoirement interférant avec les catastrophes naturelles. Cela fait maintenant 84 mois Miralliens que la technologie vit le jour (7 ans).


Là encore les relations interraciales furent de mise et évoluèrent, puisque les Gnomes furent les plus inventifs pour mettre à bien les projets des Anges. On dit même que cette alliance compterait une troisième race, méconnue et mythique : les Draenaïs, qui apporteraient une ressource indispensable au fonctionnement de l’industrie.
Étrangement pourtant, seuls les Anges furent portés sur le devant de la scène et considérés comme les véritables sauveurs de Mirall avec leur mécanisation et ses bienfaits.


A ce jour encore, nul ne sait comment ce phénomène d’endiguement est possible. Beaucoup le mettent sur le compte de la magie contenue dans la technologie, certains pensent que les Anges avaient tout prévu mais refusent de dévoiler leurs secrets. D’autres encore trouvent suspect que ces derniers aient pu anticiper le Déclin du Monde et s’interrogent sur ce qu’apporte réellement la mécanisation. Quant aux Anges... ils se gardent bien d’exprimer leur point de vue sur la question.

C’est de ces pensées de conspiration angélique que virent le jour des groupuscules anti-mécanisation, puis de groupes terroristes. Les attentats contre l’industrie furent de plus en plus nombreux et finirent même par atteindre la capitale de la technologie : Sombrelune. En réaction, les Anges mirent en place une milice chargée de maintenir la sécurité et d’enquêter sur les crimes commis, dans la capitale ou tout autre ville de Mirall, de jour comme de nuit. Les Vampires furent les plus compétents pour remplir ces fonctions, constituant la grande majorité des Sombrelames. De leur côté, les Anges concluaient une alliance avec une race supplémentaire.





Les Sombrelames se montrèrent efficaces et les actes terroristes se faisaient de plus en plus rares, surtout dans la capitale où la milice était la plus active. Pourtant depuis peu, de nombreuses disparitions furent recensées. Quelques cadavres réapparurent par la suite, et le plus étrange demeurait lorsque certains d’entres eux avaient radicalement changé d’aspect. On reconnaissait bien la victime, mais elle n’avait plus rien à voir physiquement avec ce qu’elle était avant sa disparition.

Les Sombrelames étaient également en charge des enquêtes sur ce genre de mystères. Les indices étaient rares, bien souvent maigres quand il y en avait. Mais peu à peu, à force d’investigations, les éléments du puzzle se mirent en place.
Dans un premier temps, il s’avéra que plusieurs des victimes disparues n’étaient pas celles qui étaient réapparues. Au delà de l’aspect vestimentaire qui changeait, certaines autres modifications physiques étaient impossibles, comme la régénération d’un doigt perdu il y a des années de cela.
Dans un second temps, une zone de risques fut établie. Après plusieurs recoupements et de nombreuses heures d’observation et de déduction, les Sombrelames parvinrent à délimiter dans une moindre mesure les lieux où étaient susceptibles de réapparaître les corps.


Ce fut un groupe de Vampires de la milice qui fit la découverte. Forts de leur nyctalopie, ils virent le phénomène aussi bien qu’en plein jour : la dernière victime venait d’apparaître, sortie de nulle part. Ou plutôt si, sortie tout droit de la grande vitre miroitante d’un magasin. Elle n’était pas passée au travers de verre, encore intact, mais bel et bien de la vitre elle-même, comme si le reflet s’en était extirpé.

La mécanisation avait créé des phénomènes quasiment incontrôlables, quand bien même pouvait-on s’essayer de les maîtriser. Seuls les Anges alliés aux Gnomes y parvinrent, quelques mois après la découverte du passage d’un macchabée d’un monde à l’autre. De la même façon que l’industrie influait sur les catastrophes naturelles, elle avait également un impact sur le lien qui unissait Mirall et son reflet.

Les Reflets de Mirall avait été renommés ainsi après leur exploration il y a 18 mois Miralliens de cela (un an et demi). Par un savant et complexe mélange de miroirs, de technologies et de magies, Sombrelune fut doté du seul passage officiel permettant de passer de Mirall à son Reflet, et inversement. Les Anges et les Sombrelames furent les premiers à traverser. Ils découvrirent de l’autre côté un monde parfaitement similaire au leur, à deux différences majeures.

La première, d’où venait le surnom de ce nouveau monde, constituait en une parfaite asymétrie des lieux de Mirall. Le désert n’était plus à l’ouest mais à l’est, les villes étaient le reflet identique de celles de Mirall, les noms des lieux étaient écrit "à l’envers"... Car ce monde était peuplé, et là aussi de façon très étrange, par de parfaits doubles, physiquement du moins, de tous les habitants de Mirall.

La seconde grande différence venait de l’impression ravagée que donnaient ces terres. C’était un peu comme si le Déclin du Monde annoncé sur Mirall n’avait pas été anticipé ici, donnant une image apocalyptique de ce qu’aurait pu devenir leur monde si les Anges n’avaient pas inventé la mécanisation et que les Nains n’avaient pas fait cette découverte. Toutefois certains n’y voient plus là une simple intuition depuis la découverte des Reflets de Mirall, mais pensent que ce sont les Nains de ces terres ravagées qui sont parvenus à transmettre leur savoir aux Nains de Mirall pour les prévenir et empêcher le même désastre. Si cette compétence de connexion entre eux était reconnue aux Nains, nul ne savait si elle était aussi partagée entre les deux mondes.

C’était cependant indéniable : il existait des liens entre Mirall et son Reflet. Certains événement qui se produisaient dans l’un semblaient avoir parfois des répercussions dans l’autre. Du moins des liens firent vite établis, peut-être à tort afin de justifier ce que l’on ne connaît pas, peut-être à juste titre. Tout reste encore à découvrir.
En attendant, Sombrelune décida d’aider son Reflet et d’y stopper également le Déclin du Monde. Par pure philanthropie, par reconnaissance si c’étaient bien les Nains d’ici qui les avaient prévenu ou par peur que des liens puissants et destructeurs unissent les deux mondes... seuls les Anges le savent !
Sombreruine fut partiellement rebâtie par la mécanisation, une milice semblable à Sombrelame y fut créée.
Puis des règles strictes quant aux échanges de biens et passages d’individus d’un monde à l’autre furent établies, et une nouvelle milice fut créée. Dans le même principe que les deux autres, Amestya était chargée d’enquêter sur tout ce qui concernait Mirall et son Reflet.


Toutes ces découvertes, cette agitation, cette euphorie, ne furent donc dues qu’à une simple enquête, comme quoi de petites choses peuvent conduire à de grands événements. Un simple événement qu’on aurait pu croire anodin, menant à une enquête de routine, classée et oubliée depuis longtemps alors que les morts avaient cessé après l’aide apportée par Mirall à son reflet. En effet aucun coupable n’a jamais été retrouvé, et l’enquête avait conduit à un mode opératoire bien trop aléatoire pour être l’oeuvre d’un meurtrier, tandis que les apparitions des premiers liens entre Mirall et son Reflet avaient fait quelques dégâts avant qu’on ne les comprennent.
Pourtant un mystère demeure à bien y penser : il fut avéré bien plus tard que les Miroirs, ces paradoxes entre les deux mondes permettant de passer de l’un à l’autre, n’étaient pas toujours aléatoires et qu’ils pouvaient être créés par des êtres vivants, non sans une grande part de hasard et au risque d’être pourchassé par Amestya.
Et si les Anges de Sombrelune n’étaient pas les premiers à avoir créé un Miroir ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Chroniques de Mirall
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chroniques du Monde émergé
» Les Chroniques de krondor
» Chroniques de la Tour de Laura Gallego Garcia
» V.2.0 Les chroniques d'Aaron Knight alias Light.
» LES CHRONIQUES DE NARNIA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mirall :: Entre deux Mondes :: Codex des Nains :: Chroniques-
Sauter vers: